Idée de négociation
J'aime

Se faire payer pour acheter les actions de XEG

Martin Noël
9 janvier, 2017
284 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 4 minutes
Se faire payer pour acheter les actions de XEG

Valeur sous-jacente

iShares S&P/TSX Capped Energy Index ETF (XEG)

Le fonds iShares S&P/TSX Capped Energy Index ETF (XEG) vise à fournir une croissance à long terme du capital en reproduisant le rendement de l’indice S&P/TSX Capped Energy Index, déduction faite des frais.

 

Graphique quotidien de XEG (14,01 $, vendredi 6 janvier 2017)

2017-01-09-xeg

Contexte

Comme nous pouvons le constater sur le graphique précédent, le prix des parts XEG se situe dans une zone de survente sur l’indicateur RSI qui a représenté, au cours de la dernière année, plusieurs opportunités d’achat. Cette situation, bien que non garantie, pourrait bien se poursuivre, et jusqu’à preuve du contraire, il est préférable de demeurer dans la tendance actuelle plutôt que d’anticiper un renversement de direction.

Dans ce contexte, nous croyons qu’il pourrait être intéressant de vendre des options de vente dans le but d’acheter les parts de XEG si le prix clôture sous le prix de levée choisi à l’échéance des options de vente, ou de réaliser un rendement intéressant sur le capital détenu dans le cas contraire.

 

Stratégie

 

Au lieu d’acheter les actions directement sur le marché boursier, nous vendrons des options de vente venant à échéance le 17 février 2017. La vente des options de vente nous oblige à acheter les actions de XEG au prix de levée choisi. En échange de cette obligation, nous encaissons la prime des options de vente qui vient réduire le prix d’achat des actions tout en nous offrant une protection contre une légère baisse.

 

Position

 

  • Vente de 10 contrats d’options de vente XEGD 170217 P 14 à 0,35 $
    • Crédit de 350 $

 

Profil de profits et pertes

2017-01-09-xeg-tableau-options

 

Si les options de vente sont en jeu à l’échéance l’investisseur achètera les actions de XEG à un prix de revient de 13,65 $, soit au seuil d’équilibre. Ce niveau représente également un niveau de protection contre une baisse de 2,6%.

Si XEG clôture à un prix supérieur au prix de levée de 14 $, l’investisseur n’achètera pas les actions de XEG et la prime reçue représentera le rendement maximal de 2,6% pour la période de 42 jours ou de 22,3% sur une base annuelle.

Le rendement statique, soit le profit généré par la position si XEG fait du surplace, est également de 2,6% pour la période de 42 jours ou de 22,3% sur une base annuelle. Dans ce cas, l’investisseur n’achètera pas les actions de XEG.

 

Intervention

 

Aucune intervention n’est prévue pour le moment.

 

Bonnes transactions et bonne semaine!

 

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

274 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *