Stratégies perspective haussière
J'aime

Profiter davantage de l’augmentation du cours d’ONEX

Christopher Thom
6 avril, 2017
90 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 7 minutes
Profiter davantage de l’augmentation du cours d’ONEX

L’action d’ONEX affiche un excellent rendement à long terme. Depuis son inscription à la cote, en 1996, le titre a fourni un rendement total annualisé de plus de 16 %. L’entreprise accorde une grande importance à la prise de participation des dirigeants, qui investissent ainsi aux côtés des actionnaires – une caractéristique que j’estime souhaitable lorsque je place mon argent dans une entreprise. Un investisseur qui détient l’action dispose d’un effet de levier de un, à la hausse comme à la baisse. S’il désire augmenter cet effet de levier à deux à la hausse (jusqu’à une certaine limite) tout en maintenant le même levier de un à la baisse, il peut passer un ordre qu’on appelle « écart sur ratio d’options d’achat », autrement dit, un écart sur options d’achat à raison de une pour deux. L’opération consiste à financer l’achat d’une option d’achat par la vente de deux options d’achat ayant un prix de levée supérieur. Cette structure offre deux fois l’exposition à la hausse entre l’option d’achat dont vous êtes acheteur et celle dont vous êtes vendeur (dans l’intervalle des prix de levée de 100 $ à 105 $) sans accroître le risque de baisse.

Au moment d’écrire ces lignes, ONEX se négocie à 96 $ CA et a gagné 5 % depuis le début de l’année. Si je dispose de 100 actions, j’achète à 2,65 $ une option d’achat échéant en septembre et ayant un prix de levée de 100 $ (appelée « septembre 100 ») qui a pour effet de doubler mon exposition à la hausse au-delà de 100 $. Pour la payer, je vends deux options d’achat septembre 105 à 1,25 $ chacune, soit 2,50 $ en tout. Au total, il m’en coûte 0,15 $ par action afin d’établir cette structure. La vente des options d’achat ayant un prix de levée supérieur plafonne à 105 $ mon rendement sur les 100 actions que je détiens et sur l’option d’achat que j’ai achetée. Cela signifie aussi qu’il y aura un levier de 2 pour 1 dans cet intervalle de 100 $ à 105 $ (voir le tableau ci-dessous). À l’échéance, si les actions se négocient à plus de 105 $, le prix de vente net s’établira à 110 $, ce qui est supérieur de 14,5 % au cours actuel de l’action. Mon rendement depuis le début de l’année sera de 20,4 %, ce qui est supérieur au rendement annuel à long terme d’ONEX. Même si le cours de l’action bondit au-delà de 110 $, la valeur maximale demeure plafonnée à 110 $. Si le cours de l’action n’a pas dépassé 100 $ à l’échéance, toutes les options arriveront à échéance en ayant perdu toute valeur; j’aurai quant à moi perdu 0,15 $ par action et pourrait tenter de refaire l’opération une autre fois. Si le cours de l’action diminue par rapport à son niveau actuel, les options arriveront à échéance, là encore, en perdant toute valeur, la valeur de ma position sur actions diminuera, exactement comme si je n’avais pas fait cette opération d’écart sur ratio d’options d’achat, et je perds aussi les 0,15 $ par action.

Si cette structure convient à vos objectifs de placement et à votre tolérance au risque, vous devez encore tenir compte de quelques éléments essentiels. Premièrement, vous ne pouvez pas exécuter cette opération dans un compte enregistré, puisqu’il est interdit de vendre des options d’achat découvertes dans ce type de compte. Dans l’opération décrite ci-dessus, l’une des options d’achat est couverte (celle qui est vendue sur les 100 actions), mais l’autre est considérée comme découverte. Deuxièmement, la valeur de 110 $ ne sera atteinte qu’à l’échéance. Comme il y aura davantage de valeur-temps dans les options d’achat dont le prix de levée est de 105 $ que dans celles qui peuvent être levées à 100 $ et aucune valeur-temps dans l’action, vous devrez patienter jusqu’à la toute fin pour que la structure atteigne son plein potentiel. Enfin, il faut tenir compte de la saisie des ordres et des frais d’opération. Vous devez veiller à passer ces ordres en tant qu’opération mixte de manière à ce que les options d’achat qui sont achetées et vendues le soient en même temps et atteignent l’écart débiteur souhaité de 0,15 $. Il importe de ne pas se trouver au dépourvu en cas d’assignation; il est sans doute souhaitable de liquider les positions sur option à la date d’échéance ou juste avant afin de prévenir une assignation.

Bonne négociation!

Chris Thom

Le présent document est uniquement destiné à des fins d’information générale; il ne vise aucunement à offrir des conseils financiers, juridiques, comptables ou fiscaux et ne devrait pas être utilisé à cette fin. De nombreux facteurs inconnus de Christopher Thom peuvent avoir une incidence sur l’applicabilité des sujets traités dans le présent document à vos circonstances particulières. Vous devriez consulter directement votre conseiller financier avant de prendre des mesures liées aux sujets traités dans le présent document. Les situations individuelles peuvent varier.

Christopher Thom
Christopher Thom https://www.odlumbrown.com/cthom/

Gestionnaire de portefeuille

Odlum Brown Limited

Christopher Thom applique des principes de placement fondés sur la valeur. Respectueux du style de placement mis de l’avant par service de recherche d’Odlum Brown, il privilégie les sociétés saines affichant un bilan solide et dont le titre se négocie sous sa valeur intrinsèque. À titre de gestionnaire de portefeuille, il travaille avec ses clients à bâtir des portefeuilles qui répondront à leurs besoins individuels. Dans ses affaires, il a souvent recours aux options. En intégrant des stratégies fondées sur les options aux portefeuilles de ses clients, il s’efforce d’accroître leurs revenus de placement, d’atténuer la volatilité des portefeuilles et d’offrir une couverture contre les fluctuations importantes des marchés ou des devises. Christopher a réussi de nombreux cours au sein de l’industrie et possède les titres de gestionnaire de placement canadien (CIM) et de gestionnaire spécialisé en produits dérivés (GSPD) en plus d’être fellow de l’Institut canadien des valeurs mobilières (ICVMMD). Par ailleurs, il a fait plusieurs apparitions dans différentes chroniques du site Business News Network (BNN), notamment les chroniques Business Day et The Close, dans le cadre desquelles il a parlé de questions entourant les opérations sur options et sur actions. Sur les marchés boursiers, la clé du succès consiste à acheter à bas prix et à vendre à prix fort. Pour certains investisseurs, des stratégies fondées sur les options peuvent contribuer à la protection du portefeuille contre les risques de baisse, à l’harmonisation des flux de trésorerie, à la majoration des rendements et à l’atteinte des objectifs fixés tout en respectant son degré de tolérance au risque. En intégrant les options à la gestion d’un portefeuille, Christopher Thom aide ses clients à atteindre leurs objectifs financiers à long terme. De nombreux clients ayant réalisé eux mêmes des opérations sur options pendant des années ont ensuite fait appel à ses conseils professionnels et celui-ci profite maintenant des liens qu’il a tissés avec eux au fil des ans.

5 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *